Le dépucelage sexuel

Le dépucelage sexuel

Le 02/05/07

 

Trankillou avec sa tite binine à 10.5°, après avoir écrit un texte (sur la géométrie naturelle) et parlé à différentes filles. (Quelle idée de parler à des mecs… j'vous dis pas…).

 

Idée venue juste après une LAN, marre d'être avec tant de gens, je devais rentrer, mais manque de motivation, je me suis posé sur la Twingo au bord de la Deûle (canal du coin), sans bruit et j'ai pensé……. Rien de plus agréable…

J'ai repensé à une certaine personne, une fille, comme plusieurs, qui « regrettent » de ne pas être dépucelés a des âges très « tardifs » selon elles, dépassant de peu les 18ans.

Une chose qui me surprend… généralement, ce sont les mecs qui ne pensent qu'a ça… à la différence qu'eux, avec n'importe qui, ça passe… mais elles, elles attendent le « bon » (après, si la fille n'en estime aucun « bon » ou s'apprécie mal, il est vrai que ça peut ralentir le processus)

Mon intéressement n'est pas que la fille elle aussi cherche a se « libérer », mais plutôt que je n'en voit pas l'intérêt (eh ouais mesdemoiselles, moi, qui suis, si ma dernière constatation est toujours valable, je suis euh… enfin, je pense être de sexe masculin, donc celui qui a deux bites : celle dans le pantalon et celle dans la tête)

Mais bon, je n'ai pas été un exemple pour tout ça… j'avoue avoir été tenté, étant plus jeune de prendre n'importe qui, et que je l'aurai bien fait a certains moments (personne n'a jamais commis d'erreurs, même le petit Jésus), mais je me suis retrouvé dans les 20ans, toujours puceau, et comme je m'éclatait a dire « et fier de l'être » (pour le respect féminin, la fierté provenant de contenir ses pulsions débiles sexuelles et de mettre en avant le respect de la femme qui n'est pas un « trou » et d'attendre la « bonne fille » (et non « une fille qui est bonne » comme les « autres » auraient pensés).

Pourquoi les gens cherchent t'ils tant a se dépuceler ? Une fois fait, il est vrai que les gens arrêtent de se foutent de leurs gueule… après tout, tout le monde regrette après d'avoir fait ça « trop vite » si ils sont des femmes, et tout le monde regrette d'avoir fait ça aussi tardivement si ce sont des mecs… Dans les deux cas, ça ne leurs va pas…

Du coup, qu'un mec ne soit pas content, vu qu'il pense avec de la testostérone ou de l'alcool, voir généralement les deux, ça semble « logique » pour lui, mais que ce soit une fille qui dise ça… Cela devient tout a fait surprenant.

A croire que sans ça, on ne devient pas « homme » ou « femme », pourtant, on reste de visu pareil… Mais on commence a partir en « couille » sans avoir fait exprès de sortir ce mot là qui semble très bien placé (et là, c'est au tour des mecs a ne pas faire de confusion sur la couille bien placée…) [en aparté : ça m'éclate de me faire passer pour un pervers alors que je fais la séparation entre cul et femme… ce qui ne veut pas dire que je fais le rapprochement entre cul et hommes (j'avais pas encor sorti de conneries pour les homos, désolé, surtout qu'elle était petite (ouais, je l'ai vu elle aussi…)…] Bon, V pas avancer si je sors autant de conneries…

Ce manque est t'il commercial ? On vend avec le sexe, il devient une habitude, une « priorité » donc on pense a ça car on nous le fait penser.

Ce manque vient t'il de notre éducation ? Le sexe est tabou, on veut ce qui est tabou (ce qui expliquerai mon attitude, vu la notion de « tabou » chez-nous dans notre famille.

Ce manque est t'il de la curiosité ? bien qu'il n'y ai pas grand-chose de positif du côté féminin les premières fois en général apparemment

Ce manque est t'il une histoire d'avoir passé ce « moment terrible avant le bonheur »

En fait, pour toutes ces raisons, j'ai pensé au rollers, moi qui aime le rollers en amateur (comme quoi « amateur » n'a pas rapport qu'au porno), j'avoue que le rollers est certes moins attrayant qu'une madame nue (et je signale que j'adore le nu artistique, ce qui est différent du porno (ouais, je préfère voir juste les seins d'une femme, surtout le haut des seins ou le dos de la femme comparé a ce que bon nombre de gens pourraient croire), donc ça me fait perso une raison d'aimer le sexe : L'admiration de la femme (et heureusement que je ne fais pas que de la regarder, ça serai bizarre, mais des fois, je pourrai m'en contenter…)

L'acte est créé par l'envie générée par les hormones, mais qu'on ne me dise pas qu'il suffit a une fille d'avoir envi de sauter sur un gars pour la 1ere fois de sa vie en le voyant, ou même avoir envi sans penser a un gars (pour un mec, con comme c'est, ça reste différent…)

Le rollers est certes moins agréable, mais si on compare les pitoyables 7 minutes française correspondant a la durée moyenne d'un rapport (et pour « pitoyables, évidemment, je n'accuse pas les femmes qui ont leur orgasmes au bout de je ne sait pas combien de temps, souvent plus que ça, et qui, elles, au moins, n'ont pas des quasi « éjaculations précoces » et qui ne se contentent pas de « satisfaire leurs besoins personnels » par égoïsme, le tout « arrosé » (entre guillemets, je précise) par un endormissement lamentable de l' « autre »)

Parenthèse finie pour ce foutage de gueule qui va encor faire croire que je suis transsexuel ou je ne sait quoi, je reprend : si un rapport dure 7 minutes et qu'un tit tour de rollers, moins fatiguant dure 3 heures, je trouve limite (voir plus) agréable le rollers que la relation sexuelle et en plus, ça fait plus maigrir (car j'en entend déjà dire que c'est dans un but d'affiner la silhouette qu'elles pratiquent le sport d'intérieur)

Je ne ferai têtre pas une conclusion par « faites du rollers », mais je ne comprend pas pourquoi le sexe a une place aussi conséquent dans notre vie, et quand je dit sexe, je dit « faire l'amour » et non « baiser » (les mecs, s'abstenir de relire cette phrase, vous comprendrez pas…).

C'est comme l'importance du sexe, on est devenus pudique, à l'époque, on « violait » la femme du coin pour se faire plaisir et pour faire des gosses, elle était pas contre sinon elle était rejetée du clan, mais elle n'était pas consentante (donc selon la justice (surtout de l'époque, en parlant d'il y a des milliers d'années) ce n ‘est pas un viol car elle n'a pas dit non, mais elle était sur une menace) On marchait très bien comme ça, on se baladait à poil, on avait pas de PV car on voyait un bout de string comme aux USA, là, on voyait 2 grelots de balader a droite a gauche et on tirait la cloche de temps en temps…

Pourquoi le sexe est t'il devenu indispensable a cacher ? (non, je ne suis pas encor nudiste, mais qui sait…) mais des gens « jouent » bien a danser ou a se chatouiller, pourquoi le sexe n'aurai t'il pas les mêmes conséquences : aucune, une banalisation de celui-ci (ça serai dommage dans un sens, je ne suis pas totalement pour, maos pourquoi pas…) que « baiser » soit un acte habituel tel faire la bise, après tout, faire la bise reste un contact physique juste un peu plus court qu'un acte sexuel, mais ça reste un bout de peau de frotter dans un autre bout de peau (j'ai failli dire « un bout de peau gorgé de sang se frotter dans un bout de peau dégoulinant de sang, mais j'ai trouvé ça trop trache pour les âmes sensibles, et comme un con, je la met quand même à la suite), et si le sexe serai pris comme quelque chose de banal et non « intime » car je ne vois pas pourquoi on devrai, dans un sens, plus cacher son sexe que cacher son ventre ou ses mains, vu que ça reste une partie « banale » du corps humain, un viol ne serai plus un choc psychologique intense et un blocage mais tout simplement un acte tel une bonne baffe ou un petit coup de couteau : ça fait mal et ça passe (euh… je me fais déjà passer pour un taré là ? Bah je précise que je donne juste une idée « possible » mais que je n'en prends pas parti, je viole rarement les gens… (Et au pire, les gens me pensent zoophile, ça va en rassurer…))

Au moins, ça permettrait de limiter les problèmes si c'était pris dans ce sens.

Enfin, tout ça pour dire que le « sexe » a, selon-moi, une trop grosse place dans la vie, et que l'histoire de « dépucelage » devient la première priorité de pleins de gens alors que ça ne sert à « rien » et après tout, 1ere ou 2eme fois : elle est où la différence ? Hormis que le 1 er , on l'a fait car on l'aimait ou on pensait l'aimer, et que le second, c'était pour le plaisir. (ou les deux femmes étaient pour le plaisir, ya bien des gens, comme j'ai entendu cette année, qui arrivent a dire « j'ai jamais baisé une femme sans être bourré » j'y ai répondu « j'ai jamais « baisé » une femme en était bourré » fo dire aussi que je suis fidèle… (Mais célibataire ! Qui veut de moi ? (J'en profite pour la petite annonce là)

Donc les jeunes gens (bien que ça sera déjà trop tard pour presque tous ceux qui liront ce texte) : laissez tomber cette histoire lamentable et ne faites pas comme une fille à l'époque dans la classe de ma cousine a avorter pour la 2eme fois à 14 ans, et ce n'était pas la seule a avorter de sa classe…

 

 

 

Et vu que je ne savais pas où foutre cette phrase, je la mets ici, dans un petit coin… :

Quand je dit « Il me manque certains côtés d'avoir une copine » je ne parle évidement pas du sexe, mais des câlins ou du nu artistique, de la tendresse morale, des encouragements, tout le bordel et assez loin, du sexe (si il est fournit avec, gratuit, justifiable et voulu, on n'ira pas jusqu'à le refuser, je ne suis pas contre non plus…)